10 techniques infaillibles pour se souvenir du vocabulaire que vous apprenez

décembre 20190 commentaires

Comment apprendre le vocabulaire et s’en souvenir ? Si vous avez des difficultés à apprendre une langue, c’est sans aucun doute une question que vous vous êtes déjà posée.

Et ça n’a rien d’étonnant.

Le vocabulaire, c’est la base de vos connaissances en langues. C’est la matière brute que vous allez travailler pour vous construire un niveau solide, celui dont vous rêvez.

Il vous est indispensable de développer le plus tôt possible un panel de techniques pour apprendre du vocabulaire. Autrement, vous n’irez pas bien loin.

Mais il ne suffit pas de l’apprendre, il faudra aussi le retenir.

Le souci, c’est que la plupart des gens ne savent pas comment faire.

Ce n’est pas quelque chose qui est enseigné à l’école. On a beau apprendre des informations comme des dates ou des théorèmes, on n’apprend pas comment les mémoriser.

On perd donc un temps considérable à utiliser des techniques dépassées, comme répéter un mot jusqu’à ce qu’on s’en souvienne (pour l’oublier en quelques jours…) ou tenir des listes infinies de vocabulaire qui prennent la poussière.

Ce n’est pas seulement du temps que vous perdez, mais aussi de l’énergie. Vous pourriez atteindre de biens meilleurs résultats en fournissant moins d’efforts.

Je vous propose de me suivre pour découvrir 10 techniques infaillibles pour se souvenir du vocabulaire que vous apprenez.

10 techniques infaillibles pour se souvenir du vocabulaire que vous apprenez

1. Apprendre ce qui est important pour vous afin de vous souvenir de ce que vous apprenez

La première chose à faire avant de chercher comment se souvenir du vocabulaire que vous apprenez, c’est vous demander ce que vous voulez apprendre.

Lorsqu’on débute dans une langue, on s’imagine qu’on doit apprendre un maximum de choses, pour se rapprocher au plus près du niveau d’un locuteur natif.

Selon moi, c’est la mauvaise approche.

Vous devriez plutôt vous concentrer sur ce qui est cohérent avec votre objectif.

Imaginons que vous apprenez l’anglais pour voyager.

 

Le vocabulaire que vous devriez retenir est celui qui vous permettra de demander votre direction, commander au restaurant (en tenant compte des restrictions, si vous ne mangez pas de viande par exemple), réserver une chambre, entretenir une courte conversation avec des inconnus…

Vous n’aurez absolument aucune raison d’apprendre tous les mots qu’on jette dans votre direction. Faites le tri et sélectionnez ce qui va vous servir. Si vous savez que ce que vous apprenez ne vous sert à rien, vous ne chercherez même pas à mémoriser.

Si au contraire vous apprenez ce qui vous intéresse, vous aurez une réelle incitation pour vous en souvenir.

2. Ajouter du contexte

Voici un exemple d’une mauvaise habitude qu’on a prise à l’école. La manière traditionnelle d’apprendre du vocabulaire, c’est de présenter des mots divisés en deux colonnes : l’une avec les mots en français, l’autre avec les mots dans la langue apprise.

Ce système pose plusieurs problèmes.

L’un d’entre eux, c’est l’absence de contexte. Vous apprenez des mots mais vous ne savez pas quand ni comment les utiliser.

C’est comme si ces mots étaient inanimés, sans vie.

Alors que si vous voyez les mots en contexte, vous avez une image bien plus complète. Et si c’est une langue qui comporte des déclinaisons, vous apprenez également une partie de la grammaire.

La clé, c’est donc d’ajouter du contexte.

Là où ça vous aide à la mémorisation, c’est que les mots que vous apprenez sont inscrits dans un cadre. Vous pouvez vous appuyer sur ce cadre pour vous rappeler du vocabulaire, au lieu de seulement faire la traduction dans votre tête.

C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles je recommande de lire des livres dans une langue étrangère. Je vous conseille les livres adaptés à votre objectif dans cet article.

3. Utiliser des images

Je vais vous demander de rentrer dans votre propre tête pendant un instant.

Dites-moi à quoi vous pensez lorsque vous devez vous rappeler d’un mot dans une langue étrangère. Est-ce que vous pensez d’abord au mot en français pour le traduire, ou à l’image représentée par ce mot ?

Prenons un exemple. Lorsque vous voulez utiliser le mot espagnol pour « chat » (gato), est-ce que vous pensez d’abord au mot « chat » ou est-ce que vous vous représentez l’image d’un chat ?

En ce qui me concerne, j’ai longtemps fait la traduction dans ma tête au lieu d’utiliser des images.

Elles sont pourtant d’une aide considérable, puisqu’elles permettent de rendre le vocabulaire concret. Vous n’apprenez pas juste un mot mais une façon de nommer un objet que vous connaissez.

Homme tenant un appareil photo : Comment se souvenir du vocabulaire que vous apprenez ? 10 techniques infaillibles

Un mot n’est jamais isolé, capturez l’image complète.

Comment vous pouvez vous en servir pour vous souvenir du vocabulaire ? C’est très simple.

  • Visualiser les images correspondant aux mots que vous cherchez à mémoriser
  • Choisir des ressources d’apprentissage qui intègrent des images

J’ai d’ailleurs trouvé une application qui remplit bien ce rôle-là. Je vous la présente dans cette vidéo.

4. Multiplier les sources

L’erreur de beaucoup d’apprenants, c’est se limiter à une seule ressource.

On achète une méthode ou une application et on estime que ce sera suffisant pour atteindre nos objectifs. Mais bien souvent, ça ne l’est pas parce qu’on n’est exposé qu’à une seule forme de contenu.

Alors que si en plus d’une méthode vous écoutez des podcasts, lisez des livres, écoutez de la musique ou regardez des séries, vous maximisez votre exposition sous différentes formes. Le contenu va inévitablement se répéter.

Vous lisez d’abord un mot dans un livre et puis vous l’entendrez dans une chanson. Cerise sur le gâteau : vous le revoyez ensuite dans un film !

Chaque fois que vous vous y exposerez, le vocabulaire s’ancrera davantage dans votre mémoire.

Pensez aux mots de liaison dans la langue que vous apprenez, comme “and” (et) ou “but” (mais) en anglais. Vous les avez rencontrés tellement de fois qu’il vous est impossible de les oublier.

Vous vous imaginez à quel point varier les ressources peut être bénéfique pour se souvenir du vocabulaire ?

5. Retomber en enfance

Les enfants sont comme des éponges avec les langues étrangères. Ça a de quoi nous rendre jaloux, nous donnant l’impression qu’on a gâché nos meilleures années et que désormais, on est condamné à endurer le cruel processus de l’apprentissage.

Moi aussi, ça m’arrive de penser ça…

Mais l’une des choses qui favorise tant l’apprentissage chez les enfants, c’est leur curiosité naturelle.

Les parents qui me lisent pourront le confirmer, un enfant ne cesse de poser des questions : « C’est quoi ça ? » « Et ça sert à quoi ? » « Et pourquoi on dit ça ? », et cætera…

Les adultes n’ont pas la même attitude.

Et c’est dommage, parce que ça changerait véritablement la donne.

Ça vous permettrait de ne jamais vous reposer sur vos acquis et de vous mettre dans une démarche constante d’amélioration. Vous bénéficierez également de la puissance du contexte dont j’ai parlé un peu plus haut.

C’est la recette parfaite pour apprendre et se souvenir du vocabulaire que vous apprenez.

L’idée, c’est donc de stimuler à nouveau cette attitude. Et il y a plusieurs astuces que vous pouvez mettre en place dès maintenant.

  • Ayez toujours un dictionnaire à portée de main. Aujourd’hui, c’est très facile avec votre smartphone.
  • Posez des questions. Si vous ne savez pas comment exprimer une idée, demandez à quelqu’un. Cherchez à combler chaque trou dans vos connaissances.
  • Gardez en tête que l’apprentissage n’est jamais terminé, même lorsque vous aurez atteint votre objectif. Il n’y a pas de moment où vous vous direz « Ça y est, j’ai fini d’apprendre la langue ! ».

6. Utiliser le vocabulaire que vous apprenez pour vous en souvenir

Pourquoi apprendre du vocabulaire si c’est pour le garder dans votre tête ?

J’ai longtemps été convaincu que l’on pouvait amasser des connaissances dans son cerveau et être capable de les recracher à tout moment.

Vous vous en doutez, c’est absolument faux.

Il existe un gouffre entre la théorie et la pratique. Vous pouvez connaître un tas de choses sur une langue mais être incapable de les utiliser. Vous l’avez peut-être déjà remarqué avec les règles de vocabulaire. Vous pouvez les apprendre en très peu de temps, mais les utiliser correctement prendra bien plus du temps.

C’est la différence entre le savoir, la connaissance et la compétence.

La solution : faire des efforts actifs pour utiliser le vocabulaire que vous apprenez.

Ainsi, vous gravez dans la réalité ce que vous apprenez et ça vous aidera grandement à vous en souvenir. L’idéal, c’est de chercher à utiliser le vocabulaire immédiatement après l’avoir appris.

7. Intégrer le vocabulaire que vous apprenez dans un système de répétition espacée

Comment vous faisiez à l’école pour vous souvenir d’un mot ?

Personnellement, je le répétais jusqu’à ce qu’il rentre dans ma mémoire.

 

« Ent-schuld-igung… Entschuldigung… Entschuldigung… Voilà, c’est bon ! »

 

Problème : au moment du test, je ne m’en souvenais plus !

C’est là que la répétition espacée vient à la rescousse.

Découverte au 19ème siècle par un psychologue allemand du nom d’Ebbinghaus, cette technique repose sur la répétition à intervalles réguliers.

Au lieu de répéter un mot de vocabulaire 10 fois de suite et l’oublier à tout jamais, vous allez le revoir à des intervalles définis. Et ce système frappe au bon moment : celui où vous êtes sur le point de l’oublier.

Revoir un mot de vocabulaire quand vous êtes sur le point de l’oublier a un effet multiplicateur qui fait que vous le retiendrez pendant encore plus longtemps. Les intervalles deviendront de plus en plus espacés dans le temps.

Lorsque vous apprendrez un mot de vocabulaire pour la première fois, il vous faudra seulement un jour pour l’oublier. Mais à force de répéter, il vous faudra plusieurs années pour qu’il quitte votre tête !

Disquette : Comment se souvenir du vocabulaire que vous apprenez ? 10 techniques infaillibles

La répétition espacée est le meilleur moyen de graver une information dans votre mémoire à long terme

Vous vous demandez sûrement comment vous pouvez mettre en place un tel système.

C’est très facile. En vérité, il y a un tas de logiciels qui peuvent faire le travail à votre place. Vous pouvez même le faire sans débourser le moindre centime !

Je vous donne tous les outils dans l’article que j’ai consacré à cette technique révolutionnaire. Vous pouvez y accéder ici.

8. Chercher l’étymologie des mots que vous apprenez pour vous en souvenir

On s’attaque à un gros morceau.

L’étymologie, ou l’origine d’un mot, peut vous aider à en comprendre la signification.

Pourquoi ça peut vous aider à vous souvenir du vocabulaire ? Parce que si une information a du sens pour vous, vous aurez plus de facilités à la mémoriser.

C’est pour ça qu’apprendre une langue comme le latin est loin d’être inutile. En plus de ça, vous entrez dans les coulisses des mots que vous utilisez chaque jour et c’est fascinant !

Rappelez-vous du troisième point de cette liste. L’idée, c’est de rendre le vocabulaire le plus concret possible. Et la connaissance de l’étymologie est un bon moyen pour ça.

Il y a un autre avantage de taille : en connaissant l’étymologie des mots que vous cherchez à mémoriser, vous pourrez deviner le sens des mots inconnus.

Je vous vous donner des exemples pour que ce soit plus clair.

Le terme russe «знак» (znak) peut être traduit par « symbole ». On retrouve cette racine dans plusieurs mots avec un sens similaire, comme le verbe «значить» (znachit’) qui se traduit par « signifier » et l’adjectif « значительный » (znachitel’niy) qui veut dire « signifiant ».

 

Ça fonctionne également avec les caractères chinois. 左右 (zuo3 you4) se traduit par « environ ». Lorsqu’on regarde de plus près, on remarque que les caractères signifient « gauche-droite ». C’est imagé, mais ça reste plutôt logique !

9. Utiliser la mnémotechnique

La mnémotechnique, c’est quoi ?

Expliqué simplement, c’est un ensemble de techniques que vous pouvez mettre en place pour vous aider à mémoriser des informations. Une béquille pour votre mémoire, en quelque sorte.

C’est quelque chose que vous avez sûrement utilisé sans vous en rendre compte. L’école vous enseigne les conjonctions de coordination avec la phrase « Mais où est donc Ornicar ? » et on connaît la technique de compter entre ses doigts pour se rappeler du nombre de jours dans chaque mois de l’année.

Avec les langues, les possibilités sont infinies.

Prenons encore une fois l’exemple du chinois. Le terme pour le verbe pleurer s’écrit «哭». En y regardant de plus près, on peut voir ça comme des yeux et une larme qui coule.

Bien sûr, il n’y a pas qu’avec les caractères chinois qu’on peut utiliser la mnémotechnique.

Prenons maintenant l’exemple de l’allemand. «Sofort» se traduit par «immédiatement». Vous pouvez décomposer le mot pour donner « zoo fort » et imaginer des remparts qui surgissent subitement autour d’un zoo.

 

Vous voyez des animaux vêtus comme des chevaliers du Moyen-Âge qui commencent à vous menacer. La police arrive et annonce avec des haut-parleurs que vous devez évacuer les lieux immédiatement.

Ça n’a aucun sens ? Tant mieux.

Plus l’image est absurde, plus elle restera dans votre mémoire.

10. Mettre la bonne dose

Je mets souvent l’accent sur l’aspect habituel que doit prendre votre apprentissage. C’est quelque chose que vous devriez faire régulièrement, et si possible tous les jours.

Imaginez : si vous apprenez seulement 3 mots de vocabulaire par jour, vous en aurez appris plus de 1000 à la fin de l’année !

C’est largement suffisant pour tenir une conversation dans plusieurs sujets.

Mais vous devriez faire attention à la surcharge.

Apprendre 200 mots par jour pourrait s’avérer contre-productif, parce que vous en oublierez la plupart. Vous vous retrouveriez donc au point où vous vous situez au début, incapable de se souvenir de ce que vous apprenez.

C’est pour ça que vous devez apprendre à connaître votre mémoire.

Vous pourriez ainsi découvrir que votre limite se situe à 10 mots par jour et que vous êtes plus performants le soir que le matin.

Tout le monde est différent !

Si vous ne connaissez pas votre rythme, il n’y a pas d’inquiétude à avoir. C’est quelque chose que vous découvrirez progressivement.

Conclusion

Le vocabulaire, c’est la base de vos connaissances dans une langue.

Vous avez beau connaître la grammaire et la conjugaison sur le bout des doigts, vous ferez du surplace si vous ne développez pas les bonnes pratiques pour apprendre et vous souvenir du vocabulaire.

La bonne nouvelle, que vous pouvez les mettre en place dès maintenant. Et ce, même si vous pensez avoir une mauvaise mémoire !

Je vous mets au défi d’en choisir au moins une parmi cette liste et de mettre en place une action dès maintenant. Qu’en avez-vous tiré ?

 

Merci à Fredy Jacob, Josh Riemer et William Bayreuther pour leurs photos mémorables.

Ça pourrait aussi vous aider…

Vocabulaire : comment apprendre mieux et plus vite ?

Je partage avec vous dans cette vidéo une astuce simple pour apprendre du vocabulaire efficacement. C'est pas forcément intuitif si vous n'avez...

10 techniques infaillibles pour se souvenir du vocabulaire que vous apprenez

Comment apprendre le vocabulaire et s’en souvenir ? Si vous avez des difficultés à apprendre une langue, c’est sans aucun doute une question que...

Apprendre pour ne plus jamais oublier : la répétition espacée

La question de la mémorisation est, pour beaucoup, un véritable casse-tête. Qu’il s’agisse de la conjugaison, du vocabulaire ou des déclinaisons,...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Alex

Alex

Auteur

L’apprentissage des langues étrangères, c’est ma passion. Maintenant, j’en fais une mission.

Je vais tout faire pour vous aider à apprendre n’importe quelle langue, quelle que soit votre expérience passée.

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux !

MERCI POUR VOTRE COMMENTAIRE

 

Les commentaires permettent de faire vivre le blog, alors votre contribution m'est très précieuse 👍

Si vous ne l'avez pas encore, je vous propose de recevoir le guide « Apprendre n'importe quelle langue : 5 clés du succès » dans votre boîte de réception.

J'en profiterai aussi pour vous partager du contenu exclusif que vous ne trouverez pas sur le blog

☺️

Génial, vérifiez votre boîte de réception !

Share This

Tous vos amis sont polyglottes ?

Si ce n'est pas le cas, ils trouveront sans doute les bons conseils pour le devenir sur ce site. Si vous pensez que ça peut les intéresser, n'hésitez pas à partager cet article 😊