Apprendre pour ne plus jamais oublier : la répétition espacée

août 20190 commentaires

La question de la mémorisation est, pour beaucoup, un véritable casse-tête. Qu’il s’agisse de la conjugaison, du vocabulaire ou des déclinaisons, toutes sortes de stratagèmes sont déployés pour graver l’information désirée dans notre crâne mais rien n’y fait : vous finissez toujours par oublier ce que vous apprenez. C’est là qu’intervient la répétition espacée.

Ce n’est sûrement pas votre cerveau qui vous fait défaut, vous n’avez simplement pas acquis les bons mécanismes. Nous allons aujourd’hui nous concentrer sur le plus puissant d’entre eux. Apprenez comment retenir ce que vous apprenez, pour de bon.

Zoom sur cette technique que l’école a « oublié » de vous enseigner.

Est-ce qu’on vous a vraiment appris à mémoriser ?

En parlant de l’école, je me souviens encore de ma première rentrée au collège. Comme chaque année, nous avons reçu à l’avance une liste de fournitures à acheter, plus ou moins longue selon la matière. Pour l’allemand, c’était plutôt simple. Tout ce qu’on nous demandait, c’était un manuel de l’édition “Wie geht’s?” et un… répertoire. Une sorte de carnet de poche avec des intercalaires correspondant aux lettres de l’alphabet.

 

J’ai vite découvert à quoi servait ce dernier : noter les mots inconnus et leur traduction. À chaque leçon, j’arrive à mettre quelques mots sur papier. Je ressentais une étrange satisfaction au début, celle qui intervient lorsque j’utilise quelque chose pour la première fois. Cette sensation a été remplacée par la fierté de finir des pages et d’en constater toutes les couleurs. J’avais eu la brillante idée d’écrire les noms neutres en vert, les noms masculins en bleu et les noms féminins en rouge. Le reste, c’était en noir.
 

Au fil des années, je m’étais forgé une solide liste de vocabulaire !

 

Pourtant, quand je devais le restituer, je ne m’en sortais pas sans mon petit carnet magique. C’était devenu mon deuxième cerveau. C’est seulement plusieurs années plus tard que j’ai compris la vérité sur les fiches de vocabulaire : ce n’est pas une technique de mémorisation.

Il y a de grandes chances que vous ayez appris le vocabulaire de la même manière. Peut-être que c’est toujours ce que vous faites, même si vous apprenez en autonomie.

Si c’est le cas, vous voyez probablement la mémorisation comme un calvaire. Malgré vos tentatives, tout ce que vous apprenez s’évapore.

Rien de plus frustrant de ne pas réussir à se rappeler d’un mot alors que vous savez que vous l’avez appris !

Pour bien comprendre la technique, analysons ensemble le fonctionnement du cerveau humain.

Les coulisses de votre mémoire

Notre cerveau est un organe complexe. Mouvements, compréhension, formation des mots, mémoire : tout se passe là-dedans. Malgré sa complexité, la science a compris comment vous mémorisez des faits.

Vous avez dans le cerveau un petit organe qui joue le rôle de vigile : l’hippocampe (source). Il fait le tri entre les informations dont vous devez vous rappeler et celles dont vous n’avez pas besoin. Tout ce que vous apprenez y est emmagasiné avant d’être transféré dans votre mémoire à long terme… ou oublié.

L’oubli est quelque chose de nécessaire. Vous imaginez le nombre d’informations que votre cerveau traite tous les jours ? Si vous reteniez tout, vous sombreriez dans la folie !

 

Pourquoi “hippocampe” ? Parce que l’organe et le cheval des mers ont une forme très similaire

Vous l’aurez compris, l’hippocampe joue un rôle crucial dans la mémorisation de nouvelles informations. Si bien que si l’on retirait votre hippocampe, vous seriez incapable d’apprendre quoi que ce soit.

C’est ce qui fait que les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont tant de mal à mémoriser des faits : leur hippocampe est endommagé.

Comment oublie-t-on ?

La question de l’oubli dans l’apprentissage a grandement bénéficié des travaux du psychologue Hermann Ebbinghaus, au 19ème siècle.

 

Avant lui, la mémoire n’avait pas été étudiée de manière poussée. C’était considéré comme trop vague, étant donné le nombre de variables qu’il fallait prendre en compte. Ebbinghaus, à la différence de ses confrères, n’était pas rebuté par cette idée mais déterminé à découvrir l’équation de la mémoire.

 

Dans cet objectif, il a procédé à une expérience d’envergure sur lui-même : apprendre des informations et calculer le temps qu’il lui faudrait pour les mémoriser. Il lui fallait apprendre quelque chose d’inconnu avec lequel il n’avait aucune association mentale afin d’obtenir les résultats les plus neutres possibles. C’est ainsi qu’il a créé un répertoire de syllabes dénuées du moindre sens. Au total, il en avait 2300.

 

Le psychologue a divisé ce catalogue en listes, chacune contenant entre 7 et 36 syllabes. Il a ensuite mémorisé ces listes en mesurant le temps qu’il lui fallait pour se remémorer parfaitement ce qu’il avait appris.

 

La courbe de l’oubli d’Ebbinghaus (source : How We Learn de Benedict Carey)

 La courbe de l’oubli, fruit des découvertes d’Ebbinghaus, montre à quelle vitesse il oubliait les nouvelles informations.

Voici le contenu dont le psychologue se souvenait après l’expérience :

  • Après 20 minutes : 58%
  • Après 1 heure : 44%
  • Après 6 jours : 25%

Je vous l’accorde, ces chiffres ont de quoi faire peur.

Vous vous demandez peut-être pourquoi vous donner la peine d’apprendre quoi que ce soit si vous n’en retenez qu’une infime partie.

Mais j’ai une bonne nouvelle : vous pouvez surmonter ce phénomène et en tirer tous les bénéfices : c’est là qu’intervient la répétition espacée, qui va transformer votre apprentissage des langues.

La solution : la répétition espacée

Grâce aux recherches d’Ebbinghaus, on sait qu’il y a un moment optimal pour réviser ce qu’on apprend : avant de l’oublier. Et ce moment se répète : il ne suffira pas de deux répétitions pour mémoriser un mot de vocabulaire à tout jamais, mais de plusieurs répétitions sur une longue période.

Vous vous souvenez de notre ami l’hippocampe ? C’est ce travail-là qui va lui permettre de passer ce que vous avez appris de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme.

Et oui, il n’est pas suffisamment intelligent pour comprendre quelle information vaut la peine d’être mémorisée. Ce serait idéal s’il pouvait comprendre que tout ce qui est lié à votre apprentissage de l’espagnol est important et que la musique qui vous est restée dans la tête toute la journée peut être oubliée.

Mais ça ne marche pas comme ça ! C’est seulement en vous remémorant l’information que vous donnez le signal à votre hippocampe de stocker l’information dans la mémoire à long terme.

L’idée de la répétition espacée, c’est de jouer sur les intervalles pour ancrer une information dans votre mémoire le plus longtemps possible.

Comment appliquer la technique ?

La boîte de Leitner

L’application directe des découvertes d’Ebbinghaus peut être trouvée dans les systèmes de répétition espacée. Le plus connu et probablement le plus efficace, c’est celui des cartes mémoire ou flashcards.

Il s’agit de cartes avec une question au recto et une réponse au verso. Appliqué aux langues, on peut utiliser ces cartes avec du vocabulaire français au recto et la traduction en anglais au verso.

Vous avez bien répondu ? Placez la carte dans la section supérieure, vous la reverrez dans 2 jours. Mauvaise réponse ? Replacez la carte dans le premier compartiment, vous la reverrez demain.

C’est le principe de la boîte de Leitner, popularisée par le journaliste scientifique Sebastian Leitner. C’est un système en principe idéal, mais devenu obsolète.

Pour qu’un tel système fonctionne, vous devez avoir la boîte avec vous tous les jours. Il vous est également difficile de séparer les cartes par thème, par exemple si vous étudiez plusieurs langues. Enfin, il y a un risque de perte et de mélange des cartes !

Heureusement, il existe des alternatives.

Les logiciels et applications

Devant la popularité de cette technique, vous ne serez pas surpris d’apprendre que la technologie se l’est également appropriée.

Vous disposez d’un large choix de plateformes disponibles pour créer et réviser vos cartes mémoire. Voici celles que j’ai essayées et que je peux recommander.

  • Anki
  • Decks (Memrise sur smartphone)
  • Tinycards (par Duolingo)

Je dois vous l’avouer, Anki est ma préférée. Malgré son interface rappelant les débuts d’internet, c’est un poids lourd dans le monde de la répétition espacée. Les fonctionnalités sont nombreuses : il permet l’ajout facile de fichiers audio, de photos et même la possibilité de faire des cartes “à trous”.

Il est également possible de réviser sans être connecté à internet, même si vous devrez synchroniser avant et après chaque session si vous utilisez plusieurs supports.

L’application est disponible sur Windows, Mac, et sur smartphone. Elle est gratuite partout sauf sur iOS, où vous devrez débourser 25$. Ça paraît cher, mais c’est un paiement unique qui vous mènera loin.

J’aurais été prêt à payer davantage si j’avais su à quel point ce petit bijou me ferait progresser !

Les erreurs fatales

La répétition espacée n’est pas le remède à tous vos trous de mémoire. Il convient de l’utiliser comme il faut : comme tout apprentissage, il ne doit pas être passif.

Lorsque vous essayez de deviner la réponse à une carte, creusez dans votre mémoire au lieu de regarder la réponse. Sinon, la compétence que vous développerez sera votre capacité à reconnaître le mot ou l’expression que vous tentez d’apprendre ! Ainsi, vous serez capable de comprendre le mot quand vous le rencontrerez mais rien ne garantit que vous seriez capable de l’utiliser dans une conversation ou dans un texte.

Il m’est arrivé de ressentir une certaine honte lorsque je ne trouvais pas la réponse à une carte que je pensais connaître. Au lieu de la faire passer dans le tas des cartes que je ne connaissais pas, j’ai plusieurs fois estimé que j’aurais pu trouver la réponse seul et je l’ai faite passer dans les cartes que je connaissais. Ne faites pas ça, c’est le meilleur moyen de saboter votre apprentissage.

Si vous avez lu attentivement le guide gratuit que j’offre à tous mes lecteurs (si vous ne l’avez pas encore, récupérez-le en bas de la page d’accueil), vous savez que la régularité est l’une des clés de la réussite en langues étrangères. Et bien ça prend tout son sens dans la répétition espacée ! Si vous ratez un jour, vous aurez du travail supplémentaire le lendemain. Croyez-moi, il n’y a rien de plus décourageant que de voir les cartes s’empiler !

On sait également grâce aux recherches d’Ebbinghaus qu’on oublie plus rapidement en cas de stress et de fatigue. Assurez-vous donc de vous détendre et de dormir suffisamment.

Prêt(e) à appliquer ces conseils ? Débarrassez-vous de vos fiches de vocabulaire et faites-en des cartes mémoire. Il y a fort à parier que vous ferez de nets progrès !

Et vous, pourquoi utilisez-vous des cartes mémoire ou flashcards ? Est-ce pour apprendre une langue ou en profitez-vous pour vous améliorer dans d’autres aspects de votre vie ?

Ça pourrait aussi vous aider…

Comment arrêter d’oublier le vocabulaire dans une langue ?

Ça vous est déjà arrivé de passer des heures à essayer de mémoriser un mot, mais de ne pas pouvoir vous en souvenir en situation ? C’est normal !...

Apprendre efficacement : la technique de la décomposition

C’est peut-être ma technique préférée pour apprendre une langue. Elle permet non seulement de comprendre n’importe quel mot inconnu… …mais aussi de...

Confinement : 28 façons d’apprendre une langue

Qui a dit qu’il fallait partir à l’étranger pour bien parler une langue ? Quasiment tout le monde… C'est dommage, non ? Parce que ça laisse peu...

Comment simplifier une langue difficile ?

Qu’est-ce qui fait qu’une langue peut être considérée facile ou difficile ? Le facteur déterminant, c’est la distance. Il faut bien comprendre que...

Pourquoi s’appuyer sur une langue pour en apprendre une autre ?

Il existe un concept de base en économie... L’offre et la demande. L’offre, ce sont les produits offerts à la vente. La demande, ce sont les besoins...

Vocabulaire : comment apprendre mieux et plus vite ?

Je partage avec vous dans cette vidéo une astuce simple pour apprendre du vocabulaire efficacement. C'est pas forcément intuitif si vous n'avez...

10 techniques infaillibles pour se souvenir du vocabulaire que vous apprenez

Comment apprendre le vocabulaire et s’en souvenir ? Si vous avez des difficultés à apprendre une langue, c’est sans aucun doute une question que...

Apprendre pour ne plus jamais oublier : la répétition espacée

La question de la mémorisation est, pour beaucoup, un véritable casse-tête. Qu’il s’agisse de la conjugaison, du vocabulaire ou des déclinaisons,...

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Duolingo, une perte de temps ? - Objectif Polyglotte - […] répétition espacée, comme nous l’avons vu dans un précédent article, est une composante essentielle de la rétention d’informations à…
  2. Comment mesurer ses progrès dans une langue ? - Objectif Polyglotte - […] de vocabulaire. Je vous ai déjà partagé le peu d’affection que j’ai pour cet outil dans cet article. Le…
  3. 10 techniques infaillibles pour se souvenir du vocabulaire que vous apprenez - Objectif Polyglotte - […] Je vous donne tous les outils dans l’article que j’ai consacré à cette technique révolutionnaire. Vous pouvez y accéder…
  4. Pimsleur : avis honnête sur la méthode - Objectif Polyglotte - […] connaissez mon amour pour la répétition espacée. La méthode Pimsleur utilise un système similaire qu’il appelle la répétition […]
  5. Avis : Memrise pour apprendre une langue, ça vaut toujours le coup en 2020 ? - Objectif Polyglotte - […] On en parle dans cet article : apprendre pour ne plus jamais oublier : le pouvoir de la répétition…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Alex

Alex

Auteur

L’apprentissage des langues étrangères, c’est ma passion. Maintenant, j’en fais une mission.

Je vais tout faire pour vous aider à apprendre n’importe quelle langue, quelle que soit votre expérience passée.

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux !

MERCI POUR VOTRE COMMENTAIRE

 

Les commentaires permettent de faire vivre le blog, alors votre contribution m'est très précieuse 👍

Si vous ne l'avez pas encore, je vous propose de recevoir le guide « Apprendre n'importe quelle langue : 5 clés du succès » dans votre boîte de réception.

J'en profiterai aussi pour vous partager du contenu exclusif que vous ne trouverez pas sur le blog

☺️

Génial, vérifiez votre boîte de réception !

Share This