Comment avoir la discipline pour apprendre une langue (sans se forcer) ?

avril 20200 commentaires

Quand je vous dis « discipline », vous pensez à quoi ?

Une rangée de soldats au garde-à-vous ? Un monastère tibétain ? Un vieux professeur barbu qui tape sur les doigts de ses écoliers avec une règle en fer ?

Quelle que soit l’image que vous avez en tête, je suis sûr que ça ne fait pas rêver…

Malgré toute la douleur et la contrainte à laquelle on l’associe, avoir de la discipline est essentiel pour apprendre une langue. C’est la chose qui va permettre de catapulter votre apprentissage et de le maintenir dans la durée.

Oubliez la motivation et la curiosité.

Ça peut vous servir au début, mais c’est loin d’être suffisant… Parce qu’il y aura forcément des moments où votre apprentissage deviendra moins motivant ou intéressant.

Le sujet de la discipline est particulièrement important pour moi, car je considère faire partie de ces personnes qui en manquent cruellement. En m’y intéressant de près, j’ai découvert qu’on pouvait gagner en discipline sans faire de sacrifice énorme.

Suivez-moi pour voir quels changements vous pouvez opérer pour enfin avoir la discipline pour apprendre une langue !

Acceptez votre responsabilité

Avant d’entrer dans le vif du sujet et de comprendre comment avoir la discipline pour apprendre une langue, faisons un rapide état des lieux.

On ne va pas faire un cours de philosophie stoïcienne mais on peut faire un point sur le principe de responsabilité. Certaines choses sont en votre contrôle, d’autres non.

Vous ne pouvez pas contrôler la météo, mais vous pouvez décider de ne pas utiliser la pluie comme une excuse pour ne pas faire de sport.

 

Vous ne pouvez pas accélérer le temps passé dans les embouteillages, mais vous pouvez décider de votre réaction.

Apprendre une langue, vous en êtes entièrement responsable.

Ça veut dire que personne ne viendra vous chercher et vous prendre par la main : inutile d’attendre le meilleur professeur du monde ou l’application qui résoudra tous vos problèmes. Ni une technologie révolutionnaire qui va vous donner la capacité de maîtriser une langue sans effort, comme dans Matrix.

Vous n’avez aucune excuse pour ne pas passer à l’action, et vous ne pourrez donc pas vous plaindre de ne pas avoir saisi cette chance.

Il faut produire des efforts pour obtenir des résultats.

Oubliez la motivation

L’erreur de la plupart des gens lorsqu’ils se lancent dans un projet, c’est compter sur la motivation.

On a tendance à voir la motivation comme un prérequis à la réussite. L’élément qui nous permet de bien commencer et d’aller au bout des choses, comme l’essence dans une voiture.

Et dans un sens, il y a du vrai. L’énergie positive apportée par la motivation apporte une aide considérable qui aide à franchir les premiers obstacles.

Il y a un problème à la motivation : c’est instable.

Vous l’avez bien remarqué. Il y a des jours où ça marche et des jours où ça marche moins… voire pas du tout. Est-ce que ça veut dire que vous devriez travailler seulement pendant les jours où vous avez la patate ?

Imaginez un bateau en mer. L’équipage veut se rendre sur l’île la plus proche.

 

Il se trouve que l’eau est agitée et que, par chance, le vent pousse le bateau vers la bonne destination. 

 

Mais que faire lorsque le vent se calme ou qu’il souffle dans la direction opposée  

 

Parfois, il n’y a pas de vent. Parfois, il soufflera dans le sens opposé.

 

En bref, le vent n’est pas fiable.

 

L’équipage ne peut pas compter uniquement sur le vent pour les porter. Il faudra utiliser la force humaine.

La discipline, c’est pareil.

Le vent, c’est la motivation sur laquelle vous cherchez à vous reposer. La force humaine, c’est la discipline qui sera toujours là. Et qui ne dépendra de rien, ni de personne d’autre.

Bateau sur l'eau en plein coucher de soleil - Comment avoir la discipline pour apprendre une langue ?Avoir la discipline pour apprendre une langue, c’est se mettre au travail même quand les conditions sont défavorables.

Acceptez les obstacles

On cherche naturellement la voie la plus simple. Ça a toujours été comme ça. Entre l’ascenseur et l’escalier, on choisira plus souvent la première option. Appuyer sur un bouton pour être transporté, c’est plus simple que d’utiliser ses jambes.

On parle souvent de « zone de confort ». Je pense que le terme est bien choisi.

Au fur et à mesure de notre expérience, on développe autour de soi un espace dans lequel on se sent à l’aise et on a du mal à en sortir. Confronté à quelque chose qui sort de l’ordinaire, on est facilement pris de peur et de panique.

Éviter les risques, c’est peut-être rassurant. Mais ça vous empêche de progresser.

Il faut s’exposer à l’inconfort pour avoir des résultats, et l’apprentissage des langues ne fait pas exception. Quand on y pense, c’est une activité très risquée : oser parler à un étranger dans sa propre langue, ça demande d’être vulnérable !

C’est pour ça qu’il faut chercher à s’habituer à affronter les obstacles. Le plus tôt possible. Habituez-vous à l’inconfort, parce que vous le ressentirez dans tous les cas. Mais faites-le graduellement…

Reprenons l’idée de l’eau abordée plus haut. Avant de faire le grand plongeon dans une eau glacée, mieux vaut s’habituer à un petit bassin. La transition sera plus facile une fois que vous voudrez passer au niveau supérieur.

Si vous ne prenez pas l’habitude de vous challenger dès le début, n’importe quel petit effort vous semblera être une montagne.

Et ce n’est pas la discipline qui vous sauvera.

Gardez en tête vos objectifs

Ce n’est peut-être pas la première fois que vous lisez ça ici. J’insiste beaucoup sur ce point, parce qu’il est, à mon avis, essentiel. Et trop peu de personnes le font.

La première chose à faire avant d’apprendre une langue, c’est définir clairement le « pourquoi ».

Premièrement, parce que ce questionnement vous permet de savoir si la langue que vous apprenez est vraiment faite pour vous.

Il arrive que votre désir d’apprendre une langue en particulier ne soit rien de plus qu’une curiosité passagère. Posez-vous les bonnes questions et vous saurez si ça vaut vraiment la peine de s’y engager.

Deuxièmement, parce que connaître votre objectif vous permet de surmonter toutes les difficultés.

On commence souvent l’apprentissage d’une langue tout euphorique. C’est comme un nouveau monde que l’on s’empresse de découvrir. Mais cet enthousiasme laisse vite place à la réalité : pour apprendre une langue, il faudra faire des efforts.

On voit tout en rose, mais le tableau se noircit… et c’est là qu’on est tenté de jeter l’éponge.

La solution : garder en tête ses objectifs à chaque minute.

Ça vous permet de ne pas voir votre obstacle comme un frein, mais comme une étape vers votre objectif.

Visualiser le bout du tunnel le rendra plus facile à traverser.

Et puis entre nous… s’il n’y avait aucun obstacle, où serait le mérite de parler plusieurs langues ?

Créez une routine

Est-ce que vous avez besoin de réfléchir pour vous brosser les dents ? Est-ce que vous avez besoin de vous y prendre à deux fois avant de trouver la route vers votre travail ou votre école ? Et quand vous entrez dans une pièce sombre, faites-vous des efforts avant d’atteindre l’interrupteur ?

Probablement pas, parce que ce sont des habitudes.

Les habitudes sont extrêmement puissantes parce qu’elles rendent les actions automatiques. Vous n’avez pas besoin de vous demander comment et quand les faire parce que vous y êtes conditionné. C’est comme un pilotage automatique.

Mais lorsque vous débutez, l’apprentissage d’une langue est tout sauf automatique.

C’est pour ça qu’il faut tout faire pour que ça le devienne. Comment ? J’ai consacré un article à cette réponse que vous pouvez lire ici : transformer sa bonne résolution en habitude.

L’idée, c’est de répéter des actions similaires tous les jours jusqu’à ce que vous n’ayez plus besoin de réfléchir.

Pendant longtemps, on pensait qu’une durée de 21 jours suffisait à construire une habitude. Mais désormais, on remet ces chiffres en doute et ça prendrait en moyenne au moins 3 fois plus de temps.

Le smartphone, à la fois votre meilleur allié et votre pire ennemi pour apprendre une langue (surtout quand on parle de discipline)

Commencez dès l’aube

Les Français sont connus pour être des mangeurs de grenouilles.

Cliché ou réalité, c’est une image qui suscite le dégoût chez un bon nombre d’étrangers. C’est probablement ce qui a motivé la réflexion de l’auteur américain Mark Twain, qui pensait que manger une grenouille vivante le matin était le meilleur moyen de passer une bonne journée.

Pourquoi ?

Parce que vous avez déjà accompli l’action la plus pénible et il ne peut (presque) rien vous arriver de pire après ça.

Ici, la grenouille représente la tâche la plus importante ou difficile de votre journée.

Accomplissez dès le réveil une chose qui vous tient à cœur vous permettra de continuer votre journée le cœur léger et l’esprit libre. Le gros morceau est derrière vous. Vous n’avez pas à vous rappeler constamment que vous devez faire telle ou telle activité désagréable plus tard.

Alors si apprendre une langue est important pour vous, autant s’y mettre dès la première heure.

L’autre intérêt de commencer tôt, c’est que vos batteries sont encore pleines.

La force de volonté n’est pas illimitée.

C’est le matin que vous aurez le plus de facilités à accomplir une tâche qui vous demande des efforts. Le soir, vous avez rarement le cœur à vous lancer dans une tâche demandante.

J’en parle plus en détails dans cette vidéo.

 

 

 

 

Parallèlement, évitez à tout prix de commencer la journée par des activités qui minent votre volonté. Appuyer sur le bouton « snooze » de votre réveil ou consulter le nombre de « likes » sur Instagram, par exemple.

Cette idée d’avaler la grenouille a été développé par l’auteur Brian Tracy dans son best-seller « Eat the Frog » qui a été traduit en français par « Avaler le crapaud ».

Récompensez-vous

Non, je ne vous demande pas d’ouvrir le champagne après chaque leçon… mais de reconnaître vos efforts.

Ça commence par un travail de hiérarchisation.

Il existe une différence fondamentale entre les actions que vous voulez faire, et celles que vous devez faire.

On est naturellement tenté de faire ce qui nous apporte le plus de plaisir. C’est bien simple : on aime ce qui est facile et qui nous apporte du plaisir, si bien qu’on évite tant bien que mal les tâches désagréables et compliquées. Tâches qui sont souvent nécessaires.

La solution ? Faire un contrat avec vous-même.

Imposez-vous des conditions. Avant de commencer une action que vous voulez faire, faites d’abord une action que vous devez faire. Voyez ça comme la clause d’un contrat écrite en petits caractères : vous avez le droit de vous amuser seulement une fois votre travail terminé.

Ainsi, vous savez précisément ce qui vous attend lorsque vous commencez une tâche nécessaire. L’issue sera positive, parce que vous serez autorisé à faire ce que vous avez envie de faire. Peu à peu, ce cycle travail → récompense va s’ancrer et devenir une habitude.

Alors bien sûr, commencer une leçon en attendant qu’elle se finisse, ce n’est pas le projet le plus enthousiasmant. C’est bien plus sain si vous trouvez du plaisir dans l’apprentissage d’une langue, et que vous n’avez pas besoin de vous forcer.

Mais si vous avez des difficultés à ludifier votre apprentissage, c’est une option à envisager.

Éliminez les distractions

L’attention est devenue une denrée rare.

Les médias et les réseaux sociaux l’ont bien compris. On nous assaille de couleurs vives et de mots accrocheurs qui font tout pour nous distraire. Difficile de se plonger dans une activité sans se faire interrompre par le vibreur de votre téléphone ou un pop-up rouge.

Le truc, c’est que les distractions sont dévastatrices pour votre discipline.

Parce que plus vous y cédez, plus vous y devenez sensible.

À l’inverse, résister aux distractions enclenche un cercle vertueux qui vous permettra d’être de plus en plus résistant aux distractions.

C’est loin d’être anodin.

Lorsque vous êtes interrompu au milieu d’une tâche, vous ne perdez pas seulement le temps que dure la distraction. Vous aurez aussi besoin de temps pour vous concentrer à nouveau sur l’activité en cours.

Imaginons que vous êtes en train de suivre une leçon d’anglais et que vous recevez un message d’un ami.

 

Vous pensez peut-être que vous serez distrait seulement pendant la lecture du message.

 

En vérité, votre attention restera fixée sur ce dernier même une fois de retour sur la leçon.

Une étude a estimé que chaque distraction nous fait perdre environ 23 minutes.

Autrement dit, comptez le nombre de fois que vous êtes interrompu pendant votre apprentissage et multipliez-le par 23. Vous aurez une idée du nombre de minutes que vous perdez à cause des distractions,

Lorsque vous apprenez une langue, vous devez vous y consacrer à 100%.

Coupez les notifications si vous utilisez votre téléphone. Activez même le mode avion si vous n’avez pas besoin d’internet. Éloignez votre téléphone si vous utilisez un livre.

En ce qui me concerne, j’écris cet article sur un logiciel très particulier.

 

Je lance un minuteur et je me mets à écrire.

 

Si je suis inactif pendant 5 secondes, l’intégralité de ce que j’ai écrit sera effacé et je ne pourrai plus le récupérer.

 

Le seul moyen de garder mon texte, c’est de continuer à écrire jusqu’à la fin du minuteur. Aucune interruption n’est autorisée.

 

Angoissant ? Oui, mais ça marche. Je n’ai jamais rien perdu.

Personne tenant un smartphone (iPhone) - Comment avoir la discipline pour apprendre une langue ?

Avant de se demander comment avoir la discipline pour apprendre une langue, demandez-vous d’abord comment éliminer les parasites.

Les petites actions pour limiter les distractions s’empileront et vous verrez les résultats dans votre apprentissage.

Observez-vous

Vous n’êtes PAS une machine : votre discipline n’est pas sans limite.

Je sais, ce serait tentant de s’auto-programmer et d’avoir la discipline suffisante pour apprendre une langue chaque matin pendant deux heures et se remettre à réviser le soir à pleine intensité… mais c’est impossible.

Il y a des moments où vous serez plus performant que d’autres, des moments où vous serez plus faible ou des moments où vous serez facilement distrait. Je vous mentirais si je vous disais que tout dépendait entièrement de votre volonté.

Prenez-en conscience et faites avec.

Faites un pas en arrière et regardez comment vous fonctionnez à différents moments de la journée. Est-ce que c’est plus difficile pendant la digestion ? Vous faites moins d’erreurs le matin que le soir ?

Évitez ces moments creux et misez sur les moments où vous êtes au top.

L’idée, c’est de ne pas user votre discipline là où elle ne servira à rien. Ce n’est pas le peine de tirer dessus quand vous êtes au plus bas, comme une corde fragile prête à se déchirer !

Soignez votre hygiène de vie

On n’y pense pas assez, mais l’hygiène de vie est fortement corrélée au succès dans l’apprentissage d’une langue.

Ça joue aussi pour la discipline.

Le sommeil a pendant un certain temps été considéré comme une perte de temps. Après tout, c’est un moment durant lequel vous êtes inactif… toutes ces heures que vous passez allongé dans votre lit, ce sont des heures que vous pourriez utiliser pour avancer dans vos projets.

Sauf que le sommeil est un élément clé pour le bon fonctionnement de votre organisme. Et pour vos capacités cognitives également : plusieurs études ont démontré qu’une personne avait plus de chances de résoudre un problème complexe après une bonne nuit de sommeil qu’après avoir mal dormi.

Il en va de même pour l’alimentation.

Il a été prouvé qu’un mauvais régime pousse à faire des choix plus émotionnels.

Dites- moi, qu’est-ce qui vous procurerait le plus de plaisir entre suivre une nouvelle leçon d’allemand et s’allonger sur le canapé avec des chips pour regarder le nouvel épisode de votre série préférée ?

 

Fatigué et le ventre plein de malbouffe, la seconde option paraît quand même plus tentante. Ce sera difficile de se faire violence et de faire le choix rationnel dans cet état.

L’activité physique, c’est pareil.

On le sait : la vie moderne n’est pas adaptée à notre rythme naturel.

Regardez nos ancêtres. Ils étaient toujours en mouvement : à la chasse, à la pêche, ou à la découverte de nouveaux territoires. Au total, on estime qu’ils marchaient plus de 9 kilomètres par jour.

Notre espèce a évolué pour être en mouvement.

Marcher nous permet d’être en bonne santé. Autant dire que rester assis dans un bureau toute la journée (ou bien confiné à la maison en temps de pandémie) est néfaste à la fois pour notre santé physique et mentale.

Commencez par des petits efforts pour y remédier : prendre l’escalier au lieu de l’ascenseur, par exemple…

Facile de comprendre en quoi un organisme qui fonctionne bien vous aide à avoir la discipline pour apprendre une langue.

Rappelez-vous ce sont ces petits changements qui feront de grosses différences.

Comment avoir la discipline pour apprendre une langue ?

On entend beaucoup de mensonges sur la discipline… notamment celui selon lequel il faudrait se forcer à être discipliné. On l’a remarqué, ça ne marche pas. Maltraiter sa volonté peut marcher à court terme, mais vous risquez de vite laisser tomber.

Au lieu de ça, cherchez à modifier votre environnement.

Faites en sorte de rendre ça facile : faites un contrat avec vous-même, créez une habitude et trouver le moment où c’est le plus facile pour vous.

En parlant de facilité…

Évitez les changements trop brusques qui mettront à mal votre discipline. C’est décourageant et ça ne durera pas. Allez-y pas-à-pas…

Et surtout, n’attendez pas de signal extérieur : si c’est vous qui voulez apprendre une langue, c’est seulement vous qui pouvez y mettre les efforts.

Et vous, rencontrez-vous des problèmes de discipline pour apprendre une langue ? Quelles techniques avez-vous à partager ?

Merci à Jason Briscoe et à Bruce Warrington pour leurs photos qui ont servi à illustrer cet article.

Ça pourrait aussi vous aider…

Pourquoi les adultes apprennent mieux les langues que les enfants

On entend souvent que les enfants sont les meilleurs quand il s'agit d'apprendre une langue étrangère... pas étonnant, quand on voit la facilité...

3 raisons qui vous poussent à abandonner une langue

On y est ! Vous venez de commencer l’apprentissage d’une langue. Motivé, vous vous préparez pour aller loin… ou pas ? On a tous la même sensation...

Comment avoir la discipline pour apprendre une langue (sans se forcer) ?

Quand je vous dis « discipline », vous pensez à quoi ? Une rangée de soldats au garde-à-vous ? Un monastère tibétain ? Un vieux professeur barbu qui...

Le vrai secret des polyglottes

C’est quoi, le secret des polyglottes ? Sérieusement… Qu’est-ce qui fait que certains réussissent pendant que les autres galèrent ? Est-ce que c’est...

Les enfants apprennent mieux les langues que les adultes : un mythe ?

Vous l’avez sans aucun doute déjà entendue quelque part… Cette idée selon laquelle les enfants apprennent mieux que les adultes. Difficile de penser...

Apprendre une langue, ça prend combien de temps ?

Vous vous doutez bien que la réponse n’est pas si simple… En fait, je distingue trois facteurs qui vont jouer un rôle. 1. L’objectif que vous voulez...

Quel est l’âge idéal pour apprendre une langue ?

Âge idéal : mythe ou réalité ? L’âge est un obstacle récurrent dans l’apprentissage d’une langue, mais est-ce vraiment si important ? C'est ce qu'on...

Comment retrouver la motivation pour apprendre une langue ?

Retrouver la motivation pour apprendre une langue, comment faire ? Le début de l’apprentissage d’une langue est un moment unique. C’est le moment où...

5 traits de personnalité des polyglottes

J’aimerais parler avec vous de la notion de talent inné. On parle souvent de potentiel ou de prédisposition à apprendre une compétence. Mais comment...

Comment apprendre une langue sans effort ?

Est-ce qu’on est obligé de souffrir pour apprendre une langue, ou est-ce qu’il existe des raccourcis ? L’apprentissage des langues a longtemps été...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Alex

Alex

Auteur

L’apprentissage des langues étrangères, c’est ma passion. Maintenant, j’en fais une mission.

Je vais tout faire pour vous aider à apprendre n’importe quelle langue, quelle que soit votre expérience passée.

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux !

MERCI POUR VOTRE COMMENTAIRE

 

Les commentaires permettent de faire vivre le blog, alors votre contribution m'est très précieuse 👍

Si vous ne l'avez pas encore, je vous propose de recevoir le guide « Apprendre n'importe quelle langue : 5 clés du succès » dans votre boîte de réception.

J'en profiterai aussi pour vous partager du contenu exclusif que vous ne trouverez pas sur le blog

☺️

Génial, vérifiez votre boîte de réception !

Share This

Tous vos amis sont polyglottes ?

Si ce n'est pas le cas, ils trouveront sans doute les bons conseils pour le devenir sur ce site. Si vous pensez que ça peut les intéresser, n'hésitez pas à partager cet article 😊