Comment surmonter la peur de parler une langue étrangère ?

octobre 20190 commentaires

Parler une langue étrangère, c’est souvent vu comme le but ultime de l’apprentissage. L’oral a tendance à être bien plus estimé que les autres compétences liées à la pratique des langues, à savoir la lecture, l’écriture et l’écoute. Ce n’est pas seulement la compétence considérée comme plus intéressante, mais c’est aussi la plus difficile. Oser parler, ça demande du courage. Comment donc surmonter la peur de parler une langue étrangère ?

« Je comprends cette langue, mais je ne la parle pas. »

Vous avez déjà entendu cette phrase ? Moi oui, et plus d’une fois !

Les compétences dans une langue reposent sur quatre aspects : l’écoute, la lecture, l’écriture et l’oral. Exactement comme une chaise.

 

Que se passe-t’il lorsqu’un des pieds n’est pas stable ? La chaise est bancale.

L’aspect qui faut le plus souvent défaut, c’est l’oral. Comment expliquer ce déséquilibre alors que la langue est avant tout un instrument de communication ?

Les raisons sont nombreuses mais ont un dénominateur commun : la peur.

Découvrons ensemble les techniques pour surmonter votre peur de parler une langue étrangère.

Note : Cet article est réalisé dans le cadre de l’événement inter-blogueurs « Surmonter les blocages et obstacles d’un apprentissage » du blog grandirenlangues.com. Il s’agit d’un blog visant à aider les lecteurs à changer leur vision des langues en les encourageant dans leur apprentissage, avec des astuces et des réflexions pour grandir avec les langues.

 

Mon coup de cœur ? La série « 20 rencontres pour grandir » qui raconte l’histoire de personnes qui ont vu leur vie transformée grâce à l’apprentissage des langues. Jetez un coup d’œil à l’histoire de Sophie, par exemple !

Comprenez vos peurs

Si vous tombez malade, vous devez comprendre vos symptômes pour pouvoir les traiter. Agir sur les effets n’est qu’une solution temporaire, car la maladie pourrait surgir à nouveau.

 

Il est donc essentiel de comprendre la racine de vos problèmes.

Il n’y a qu’un remède à votre peur de parler une langue étrangère : parler. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais le premier pas consiste à comprendre vos blocages.

Stéthoscope : comprenez vos peurs pour surmonter la peur de parler une langue étrangère

Faites le diagnostic pour neutraliser votre peur de parler une langue étrangère

Réfléchissez bien : qu’est-ce qui vous empêche, concrètement, d’oser parler une langue étrangère ?

  • Vous êtes timide
  • Vous êtes pudique et l’idée de parler une langue étrangère devant les autres vous effraie
  • Vous avez peur de faire des erreurs
  • Votre accent français vous gêne
  • Vous allez subir des moqueries
  • Vous n’avez pas assez de vocabulaire
  • Vous ne savez pas utiliser la grammaire
  • Vous pensez que même si vous parvenez à parler, vous serez incapable de comprendre la réponse de votre interlocuteur

Est-ce que vous reconnaissez l’une de vos peurs dans le lot ?

En ce qui me concerne, je les ai toutes cumulées. Et je ne m’en suis pas totalement débarrassé !

Libérez-vous de l’emprise de l’école

Voyez la langue comme un outil

Si l’on considère la manière dont les langues nous sont enseignées, ces peurs sont tout à fait légitimes.

Le système scolaire est fait ainsi : on vous donne des connaissances à enregistrer que vous devez restituer lors des évaluations. On estime que la pratique suit l’apprentissage, et pas l’inverse.

Résultat : l’oral est considéré comme une fin et non un moyen.

Le hic, c’est que la langue est faite avant tout pour communiquer. À moins que vous appreniez une langue ancienne pour lire des textes datant de l’Antiquité, vous avez certainement l’intention de la parler, tôt ou tard.

On remarque aussi que de nombreux examens finaux se tiennent sous la forme d’oraux. On associe donc inconsciemment la pratique orale à ce genre de situations délicates, avec toute la pression qui va avec. La simple évocation du terme « oral » fait trembler beaucoup d’étudiants !

Résultat : le passage à l’oral est vu comme une mise à l’épreuve avec deux issues possibles, la réussite ou l’échec.

Cette manière de penser est liée à une obsession tout aussi toxique, celle qui consiste à éviter les erreurs à tout prix.

Acceptez les erreurs

Le système scolaire sanctionne les erreurs. Ça semble plutôt normal. Sauf que de cette manière, on ose passer à l’action seulement lorsqu’on est certain(e) que nos efforts apporteront le résultat attendu.

Résumé : on préfère ne pas parler plutôt que mal parler

Image d'un homme marchant sur un chewing-gum pour représenter les erreurs qui empêchent de parler une langue étrangère

Les erreurs feront inévitablement partie de votre parcours, mais ne foncez pas volontairement dedans

Un enfant met du temps à apprendre à marcher. Il se lève, fait trois pas et tombe. Il se relève, fait 4 pas, et tombe à nouveau. Une fois qu’il a appris a marcher, il apprend à sauter, à courir…

 

Imaginez-vous un instant que ça fonctionne autrement.

 

Un enfant passe plusieurs années à étudier les mouvements de ses proches afin d’éviter les erreurs et de réussir à marcher du premier coup.

 

Absurde, n’est-ce pas ?

 

C’est pourtant l’approche qu’on a avec le passage à l’oral dans les langues.

Les erreurs font partie intégrante de l’apprentissage. Vous en ferez des tonnes. Et ce, quel que soit le moment où vous commencerez à parler. Acceptez l’imperfection et appuyez-vous sur vos erreurs pour vous améliorer. Il n’y a pas de raccourci.

Pensez-vous pouvoir devenir ceinture noire en judo si tout ce que vous faites, c’est feuilleter des livres d’arts martiaux et regarder des vidéos de compétitions ?

Faites comme les enfants lorsqu’ils apprennent à marcher : essayez, échouez, apprenez de vos erreurs et réessayez !

Contournez le manque de connaissances

Vous l’avez compris, le passage à l’oral est une étape indispensable pour progresser dans votre langue cible. Mais que faire si vous n’avez pas assez de connaissances pour tenir une conversation ?

Mettez de côté la grammaire

Contrairement à l’idée alimentée par l’école, la grammaire joue un rôle seulement secondaire dans la communication.

Le vocabulaire constitue les briques de votre apprentissage. La grammaire, le ciment.

Bien sûr, les deux sont nécessaires pour parler correctement. Si vous utilisez les bons mots en ignorant toutes les règles, vous pouvez être compris(e). Le contraire est inconcevable : comment peut-on s’exprimer seulement avec la grammaire ?

Les règles doivent tout de même être apprises à un moment ou à un autre. Ça permet de réduire davantage les risques de mauvaise interprétation et d’embellir votre discours. Mais je ne recommande pas de s’y plonger dès le début.

Gardez en tête que connaître la grammaire et l’appliquer en contexte sont deux choses différentes. Il y a toujours un écart entre la théorie et la pratique, qui ne peut être réduit que par l’expérience.

Apprenez les phrases magiques

Je ne parle pas des formules de politesse, mais plutôt des phrases qui vous aident à combler les trous dans votre vocabulaire.

Voici une liste d’exemples de phrases à mémoriser dans votre langue cible, en français et en anglais.

  • Désolé(e), je ne comprends pas : Sorry, I don’t understand
  • Pouvez-vous répéter ? Peux-tu répéter ? : Could you (please) repeat that ?
  • Que signifie ce mot ? : What does this word mean ?
  • Pouvez-vous écrire ce mot ? Peux-tu écrire ce mot ? : Could you (please) write this word down for me ?

Communiquez vos idées différemment

Vous voulez parler de quelque chose, mais vous n’avez pas le vocabulaire suffisant ? Faites preuve d’ingéniosité et appuyez-vous sur les mots que vous connaissez déjà.

Vous n’avez pas appris le mot pour « avion » ? Utilisez le mot « voiture » et le verbe « voler ».

Si vous êtes vraiment bloqué(e), utilisez des signes. Certains mouvements sont universellement compris, comme la tête penchée et posée sur vos mains pour indiquer le sommeil.

Oubliez le regard des autres

N’ayez pas honte de votre accent

Même si vous faites tout pour le camoufler, vous aurez très certainement un accent lorsque vous parlerez une langue étrangère. Mais est-ce nécessairement une mauvaise chose ?

On a tendance à complexer inutilement à ce propos. En vérité, votre accent n’est pas un obstacle à la compréhension tant que vous avez une bonne prononciation.

Comment acquiert-on une bonne prononciation ? Essentiellement au fil des conversations. Pratiquez encore et encore les sons de la langue et soyez réceptif(ve) aux retours des locuteurs natifs.

C’est un cercle vertueux !

Votre accent a un autre avantage : il signale à votre interlocuteur que la langue que vous utilisez n’est pas votre langue natale. Si vous faites des erreurs (et vous allez en faire), votre interlocuteur fera certainement preuve d’indulgence.

Vous l’avez peut-être remarqué vous-même : est-ce que vous réagissez de la même manière aux erreurs de français commises par un natif et un étranger ? Probablement pas.

 

Les fautes commises par des locuteurs natifs sont généralement mal vues tandis que celles commises par un étranger sont tellement banales qu’on les ignore.

Arrêtez de craindre les moqueries

Nous l’avons vu, parler une langue étrangère demande du courage. Vous vous mettez dans une position de vulnérabilité qui demande à votre interlocuteur de l’empathie et de la bienveillance.

La pire réaction possible à cette initiative, c’est les moqueries. En voyant vos efforts tournés en dérision, vous n’aurez qu’une envie : vous renfermer dans votre coquille et ne plus jamais parler une langue étrangère.

Personne seule tenant devant son visage un papier avec un smiley triste : surmonter la peur de parler une langue étrangère

Les conséquences des moqueries sont encore plus dévastatrices si vous êtes timide

Est-ce que c’est vraiment la peine de craindre qu’on se moque de vous ? Pas vraiment.

Vous pouviez occasionnellement susciter des réactions amusées, mais les intentions de votre interlocuteur ne sont pas nécessairement mauvaises. Prenez du recul et analysez la situation. Il y a beaucoup de raisons qui expliqueraient ce genre de réponse indésirable.

L’effet de surprise

Avez-vous déjà rencontré un étranger qui parle votre langue, sans que vous l’ayiez vu venir ?

Votre interlocuteur peut exprimer un sourire sincère de surprise lorsqu’il entend un étranger parler sa langue. En particulier lorsque votre apparence physique est différente des habitants du pays où vous vous trouvez et que rien ne laisse présager que vous connaissez la langue.

Le comique de situation

Le choix des mots peut donner de drôles de situations pour votre interlocuteur. Sans même le savoir, vous pourriez même faire des jeux de mots !

Imaginez faire la queue dans une boulangerie quand un touriste anglais devant vous demande une « braguette » à la caissière.

 

Il est tout à fait probable que cette dernière accueille sa demande avec un sourire, voire un fou rire. Le touriste devrait-il se sentir vexé pour autant ?

La culture et la personnalité

La culture est un concept parfois difficile à saisir. On peut se renseigner sur toutes les subtilités de la culture entourant notre langue cible, mais le meilleur moyen de s’y confronter, c’est entrer en contact directement avec des locuteurs.

Les membres d’une culture réagissent différemment à certains événements. La réaction est également conditionnée par la caractère et la personnalité de chacun, puisqu’un individu n’est pas qu’une culture.

La règle d’or, c’est de ne pas supposer que votre interlocuteur souhaite vous nuire.

En résumé, il est peu probable qu’un locuteur natif se moque de vous si vous essayez de communiquer dans sa langue. Même si vous faites des erreurs et que votre accent est prononcé.

En règle générale, une personne qui a déjà fait l’effort d’apprendre une langue n’essaiera pas de décourager une autre personne d’en faire de même.

Vous êtes bien plus susceptible de subir des moqueries de la part de ceux qui parlent votre langue !

Préparez-vous pour la première conversation

Trouver un partenaire de confiance

Vous avez maintenant plusieurs solutions pour passer à l’action.

Vous pourriez sauter dans le premier avion pour vous immerger parmi les locuteurs natifs, mais ça paraît un peu extrême. Surtout si vous êtes timide. Je vous recommande plutôt de trouver un partenaire linguistique.

Deux amies sur un balcon : surmonter la peur de parler une langue étrangère en trouvant un partenaire linguistique

Discuter avec son partenaire linguistique est un excellent moyen de pratiquer la langue sans avoir l’impression de travailler.

Idéalement, il s’agirait d’une personne qui a pour langue maternelle la langue que vous apprenez, et qui apprend votre langue maternelle.

Vous pouvez trouver la personne qu’il vous faut sur des plateformes comme Hellotalk ou Tandem, ou même tout près de chez vous si vous avez de la chance !

Vous pourrez ainsi évoluer pas à pas dans un climat de confiance et vous préparer aux conversations réelles. Vous aurez moins peur de parler une langue étrangère si vous vous êtes entraîné(e) avec une personne proche.

Apprenez en contexte

Pensez aux mots dont vous avez besoin pour communiquer.

Est-ce que le vocabulaire relatif aux légumes et aux animaux de la savane est vraiment primordial ?

Le défaut de nombreuses ressources, c’est de vous enseigner du vocabulaire qui n’est pas adapté à la communication. C’est l’une des plus grosses faiblesses de Duolingo, application sur laquelle j’ai rédigé un article complet.

Ainsi, si votre but est de communiquer, apprenez du vocabulaire qui a du sens pour vous. Si vous préparez un voyage en Italie, apprenez le vocabulaire nécessaire pour commander dans un café, réserver un hôtel ou négocier un tarif.

De cette manière, non seulement vous serez capable d’exprimer ce dont vous avez réellement besoin, mais vous deviendrez aussi familier(ère) avec tout un champ lexical. Vous serez donc également capable de comprendre ce qu’on vous dit.

Conclusion

Il est normal d’avoir peur de parler une langue étrangère. Le tout est de ne pas se laisser paralyser et repousser le moment fatidique, sous peine de prendre des mauvaises habitudes.

C’est seulement en passant à l’action que vous surmonterez la peur, pas en gardant la tête enfouie dans des manuels de grammaire ou en regardant des films et séries en VO.

Libre à vous de commencer dans un environnement dans lequel vous êtes à l’aise, mais sachez que vous serez tôt ou tard confronté(e) à l’inconfort. Il ne fait aucun doute que ce sera difficile au début, mais vous vous sentirez de plus en plus à l’aise.

Entrez dès maintenant dans ce cercle vertueux. Faites-le pour vous, pas pour les autres. Quelle est la pire chose qui puisse vous arriver ?

Et vous, pensez-vous avoir fourni les efforts suffisants pour parler une langue étrangère ? Quelles actions allez-vous mettre en place dès maintenant pour progresser ?

Ça pourrait aussi vous aider…

Perdre son accent français dans une langue étrangère : le guide complet

Comment perdre son accent français dans une langue étrangère ? Vous pouvez connaître le dictionnaire d’une langue par cœur, maîtriser la grammaire à...

Les enfants apprennent mieux les langues que les adultes : un mythe ?

Vous l’avez sans aucun doute déjà entendue quelque part… Cette idée selon laquelle les enfants apprennent mieux que les adultes. Difficile de penser...

Apprendre une langue, ça prend combien de temps ?

Vous vous doutez bien que la réponse n’est pas si simple… En fait, je distingue trois facteurs qui vont jouer un rôle. 1. L’objectif que vous voulez...

Comment trouver un correspondant étranger sans sortir de chez soi ?

Comment trouver un correspondant étranger sans sortir de chez soi ? L’apprentissage des langues en autonomie est par définition une activité...

Pourquoi c’est si dur de parler dans une langue étrangère ?

« Parler une langue » Vous l’avez peut-être remarqué : c’est l’expression qu’on utilise le plus pour parler de nos connaissances en langues. C’est...

Quel est l’âge idéal pour apprendre une langue ?

Âge idéal : mythe ou réalité ? L’âge est un obstacle récurrent dans l’apprentissage d’une langue, mais est-ce vraiment si important ? C'est ce qu'on...

Comment retrouver la motivation pour apprendre une langue ?

Retrouver la motivation pour apprendre une langue, comment faire ? Le début de l’apprentissage d’une langue est un moment unique. C’est le moment où...

5 traits de personnalité des polyglottes

J’aimerais parler avec vous de la notion de talent inné. On parle souvent de potentiel ou de prédisposition à apprendre une compétence. Mais comment...

Comment apprendre une langue sans effort ?

Est-ce qu’on est obligé de souffrir pour apprendre une langue, ou est-ce qu’il existe des raccourcis ? L’apprentissage des langues a longtemps été...

Abandonner, c’est grave ?

Je vous parle tout le temps des langues que j’ai apprises, mais jamais de celles que j’ai abandonnées. L’espagnol : Je n'ai jamais eu de raison...

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Comment mesurer ses progrès dans une langue ? - Objectif Polyglotte - […] de partenaire linguistique, il est grand temps d’en choisir un ! J’ai abordé le sujet dans l’article précédent, expliquant…
  2. Surmonter les obstacles d'un apprentissage : 10 blogueurs vous en parlent ! - Grandir en langues - […] Pour découvrir son article, cliquez ici.  […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Alex

Alex

Auteur

L’apprentissage des langues étrangères, c’est ma passion. Maintenant, j’en fais une mission.

Je vais tout faire pour vous aider à apprendre n’importe quelle langue, quelle que soit votre expérience passée.

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux !

MERCI POUR VOTRE COMMENTAIRE

 

Les commentaires permettent de faire vivre le blog, alors votre contribution m'est très précieuse 👍

Si vous ne l'avez pas encore, je vous propose de recevoir le guide « Apprendre n'importe quelle langue : 5 clés du succès » dans votre boîte de réception.

J'en profiterai aussi pour vous partager du contenu exclusif que vous ne trouverez pas sur le blog

☺️

Génial, vérifiez votre boîte de réception !

Share This